mardi 4 septembre 2012

Comment améliorer l'auto-oberservance des patients diabétiques ?

"En 2003, l'Organisation mondiale de la santé estimait qu'en dehors d'un traitement curatif, un progrès dans l'observance serait l'avancée la plus importante dans le traitement des maladies chroniques. En effet, les dépenses de santé qui leur sont attribuées représentent 60%. Elles atteindront 70% en 2025. En particulier, la part du diabète dans le budget de la Sécurité sociale représente 12%, dont la moitié sert à soigner les complications, dont la plupart sont dues à des difficultés à suivre le traitement. L'"inobservance" est de fait un problème majeur de santé publique. Un exemple : le gain de survie sous statine est d'environ deux ans, pour des effets secondaires mineurs bien inférieurs à ceux de l'aspirine. Or, dans WOSCOPS (1) - première étude qui démontre en prévention primaire le bénéfice des statines en termes de morbi-mortalité - seuls 38% des participants après 5 ans continuent à prendre une statine ! Constat similaire dans DART (2) où, sur les 6 500 diabétiques de la cohorte des patients sous statine, moins de 50% continuent à prendre le traitement après 10 ans... Au-delà des concepts de co-prescription et d'auto-observance, le Pr André Grimaldi livre son expérience du Théâtre du Vécu pour remédier à l'inobservance des patients."

Si vous êtes un professionnel de santé et que vous souhaitez lire l'intégralité de l'entretien avec le Professeur André Grimaldi, diabétologue au CHU Pitié-Salpétrière, veuillez vous rendre sur le site de la revue en cliquant sur ce lien

(1) : Long-Term Follow-up of the West of Scotland Coronary Prevention Study
(2) : Long-term adherence to statin treatment in diabetes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire